TRANSMISSION

 

Avec l’appui de nos partenaires, la compagnie a animé plusieurs stages de formation et d’accompagnement aux parcours professionnels. Par ailleurs, Julie Berès accompagne des jeunes artistes dans leurs créations. Dernièrement elle a été collaboratrice artistique pour le duo composé de Justine Berthillot et Frederi Vernier, Noos.

 

Avec l’ENSATT – Lyon

Stage auprès de jeunes apprentis metteurs en scène, scénographes, acteurs, techniciens en décembre 2015 en vue de la création d’Yvonne, Princesse de Bourgogne avec Armel Veilha.

 

Au CDN de Normandie – Rouen

Stage de formation professionnelle Afdas en septembre 2015 pour 12 artistes d’interprètes venus de toutes les disciplines : cirque, théâtre, danse, mime, clown… mené par Julie Berès et Stéphanie Chêne en lien avec Petit Eyolf à l’invitation du CDN de Haute-Normandie à Rouen.

 

Compagnie Marcel et ses drôles de femmes

Stage de formation par Julie Berès pour la création du spectacle Une femme de trop. « Ils sont cinq : 4 acrobates aérien, 1 chanteuse. Ils se cherchent et se trouvent… Cinq réalités, couleurs, personnalités, voyages qui s’emmêlent et s’entrechoquent. Et quand enfin, chacun est à sa place, tout redevient logique et apaisé : les relations possibles et l’envol explosif. »

 

Collectage de parole auprès des habitants des Îles du Ponant

Julie Berès et l’auteure Alexandra Badea vont mener un travail d’immersion et de collecte auprès des populations des Îles du Ponant et particulièrement de l’Île de Sein menacées par la montée des eaux, notamment en partenariat avec INIZI (Saison culturelle itinérante sur les Îles du Ponant). Ces témoignages participeront à l’écriture la création de Redline, axée sur le réchauffement climatique et ses enjeux politiques et sociaux, prévue en septembre 2018.

 

Ateliers autour de la Mémoire industrielle de la Ville de Brest

La compagnie va mener avec Armel Veilhan des ateliers d’écriture autour de la mémoire industrielle de la ville de Brest, en partenariat avec la Médiathèque et les Ateliers des Capucins, les Chemins d’interprétation du patrimoine. Les ateliers aboutiront à des petites formes, parfois musicales, élaborées par des amateurs et qui pourront se jouer dans différents lieux urbains (MJC, Médiathèque, école…).

 

ENIB (École Nationale d’Ingénieurs de Brest) – depuis 2009 

Chaque année depuis 2009, Les Cambrioleurs, en partenariat avec le Quartz-scène nationale de Brest, mènent un stage intensif d’un mois avec 120 élèves ingénieurs de 1re année. Ce stage de pratique théâtrale propose une plongée dans les écritures contemporaines (Georges Pérec, Jacques Rebotier, Jean-Luc Lagarce, Alexandra Badéa, Mark Ravenhill). Ces pièces sont étudiées, commentées, mises en voix et en espace par des auteurs, dramaturges, comédiens intervenant régulièrement au sein de la compagnie Les Cambrioleurs. Ce stage donne lieu à la création d’un spectacle présenté chaque année dans la petite salle du Quartz.

 

En janvier 2016 : 120 élèves / 170 h

David Wahl et Thomas Cloarec, sur une proposition de Julie Berès, ont travaillé avec les étudiants sur la découverte de Mode d’emploi d’Alexandra Badéa. Dans cette pièce, le personnage principal est plongé dans un labyrinthe de règles imposées par la loi, la société, la famille, l’éducation, etc. Se débattant avec l’absurdité de toutes ces contraintes, il les dénonce avec ironie. Le spectacle a été présenté sous forme déambulatoire au Quartz le 29 janvier 2016. En 2017, David Wahl et Thomas Cloarec, sur une proposition de Julie Berès, vont travailler sur Peanuts de Fausto Paravidino. La restitution aura lieu le 27 janvier 2017 au Quartz.

 

Options théâtre du Lycée St-Sébastien de Landerneau – depuis 2008

Depuis 2008, dans le cadre d’un partenariat entre le rectorat, le Quartz et Les Cambrioleurs, l’enseignement des options théâtre, obligatoires et facultatives, (environ 250 h par année scolaire) du lycée St-Sébastien de Landerneau est confié aux Cambrioleurs. En complément des cours théoriques, Julie Berès et les collaborateurs de la compagnie (dramaturges, comédiens, scénographes) interviennent au lycée, pour transmettre leur expérience aux élèves, avec une large place laissée à la pratique.

 

Avril 2016 : Complément à l’Est !

Cette année, les élèves des première et terminale des différentes options ont participé à un projet d’échange scolaire, « Complétement à l’Est ! » Après avoir travaillé toute l’année sur Pinocchio de Joël Pommerat, ils sont partis en Europe de l’Est pendant 15 jours, durant lesquels 4 représentations de leur travail ont eu lieu.

 

Mai 2017 : Festival de théâtre francophone, L Majuscule

Durant l’année 2016-2017, les élèves prépareront un festival de théâtre francophone et accueilleront certains des groupes rencontrés lors du voyage « Complétement à l’Est ! ». À cette occasion, ils présenteront leur travail préparé avec des membres de l’équipe artistique de la compagnie les Cambrioleurs.

 

Stages avec les amateurs

Différents stages sont réalisés à destination des amateurs, notamment en partenariat avec la Maison du Théâtre à Brest. Par exemple en avril 2009, a eu lieu un stage avec un groupe d’amateurs sur le chœur et l’écriture visuelle, avec travail de mise en voix du texte de Stig Dagerman Notre besoin de consolation est impossible à rassasier. Et dernièrement en 2015, en lien avec la programmation de Petit Eyolf le 5 mars 2015 au Théâtre du Pays de Morlaix, la Maison du Théâtre à Brest a invité la compagnie Les Cambrioleurs à mener un stage pour 15 amateurs les 7 et 8 mars 2015 à la MJC de Morlaix, mené par Stéphanie Chêne, chorégraphe.

 

Les Marches artistiques (2010-2013)

La compagnie développe depuis 2010 un travail d’immersion auprès de populations en milieu rural, et a réalisé un film documentaire, à partir d’entretiens auprès de deux familles installées dans la commune de Plounéour-Ménez,  qui a abouti à la création du spectacle J’empruntai une hache et partis dans les bois. Pour continuer à interroger notre rapport au territoire, la compagnie a développé un volet d’actions en immersions en 2012, en direction d’un public diversifié, initié ou non à la lecture, en portant un regard attentif à la qualité d’un réel échange intergénérationnel. Ce projet se présente sous la forme d’une invitation à marcher pendant deux à trois jours, redécouvrant les paysages remarquables des Monts d’Arrée, en compagnie d’artistes qui, au fil de cette balade, ont proposé escales impromptues en milieu naturel et lectures au cœur de vestiges chargés d’histoire. Deux éditions de la Marche Artistique ont eu lieu. La première édition, animée par Thomas Cloarec, Sylvian Bruchon et Tangy Daniel, a eu lieu les 4, 5 et 6 juillet 2012, autour de la langue si particulière du philosophe et poète Henry David Thoreau, auteur américain du XIXe siècle qui a écrit entre autre à partir de son expérience de vie en autarcie, privilégiant ainsi une approche poétique de la question de l’autonomie. Cette marche artistique a été rééditée les 1er et 2 juin 2013 en partenariat avec l’Association ADDES (Association d’Aide au Développement Économique et Social) à Botmeur, animée par Thomas Cloarec et Youn Daniel (guide nature ADDES) qui ont proposé un montage de textes poétiques : René Char, José-Maria de Heredia, Eugène Guillevic, Michel Butor, Michel Tournier, Henry David Thoreau et des contes de tradition orale proposés par Youn Daniel.

Rencontres et débats

Autour des différents thèmes d’actualité des spectacles de la compagnie, pour permettre le débat et le croisement de points de vue ont lieu des rencontres, forums avec des spécialistes de domaines différents (sociologues, philosophes, scientifiques, médecins, historiens..) invités à venir débattre avec les artistes et le public en amont ou à l’issue des représentations. Pendant la tournée de Notre besoin de consolation, plusieurs rencontres ont eu lieu sur les questions liées à la bioéthique, comme à l’Hexagone de Meylan dans le cadre de la fête de la science ou encore dans le cadre du forum européen de bioéthique à Strasbourg, avec des scientifiques, des médecins, des juristes, généticiens. Intervenants : Israël Nisand, Jean-Michel Besnier etc. De nombreux débats et rencontres ont ponctué la tournée de Lendemains de fête. Ce fut le cas à Pau où le lendemain de la représentation, le théâtre Espace pluriel, a programmé, sur proposition de Julie Berès, une projection du film Je suis d’Emmanuel Finkiel, invitant Elsa Dourdet, dramaturge du spectacle et scénariste pour le théâtre et le cinéma, à animer le débat avec le public. Au-delà des actions culturelles proposées par la compagnie Les Cambrioleurs, des rencontres « bord de plateau » sont et seront toujours possibles.

 

Travail sur les créations avec les amateurs

Différentes créations de la compagnie ont intégré dans le processus de création des groupes d’amateurs. Ainsi, sur la tournée de Notre Besoin de consolation (70 dates / 31 villes / 15 amateurs par ville), des ateliers avec un groupe d’amateurs dans chaque ville qui accueillait le spectacle se déroulaient la veille et le jour de la représentation et se prolongeaient par leur participation à quelques scènes du spectacle. De même, dans chaque ville de tournée de Lendemains de Fête (38 dates / 14 villes / 15 amateurs par ville), en partenariat avec les théâtres accueillant le spectacle et plus particulièrement leur service des relations publiques, un groupe constitué d’une quinzaine de choristes, relativement âgés, est invité à participer aux représentations. Deux à trois mois en amont des représentations, les œuvres à interpréter (Bach, Purcell, Vivaldi) sont communiquées au chœur en vue d’un travail préparatoire sur ce répertoire. Ce travail avec les amateurs à l’occasion de cette dernière création, plus axé sur le chant, n’a pour autant pas exclu le travail chorégraphique, avec deux séances de répétitions, animées la veille de la première et le jour j par Stéphanie Chêne, collaboratrice artistique et chorégraphe sur Lendemains de fête.