ORFEO (2016)

L’Orfeo–Favola in musica en un prologue et cinq actes (1607)

Musique Claudio Monteverdi

Livret Alessandro Striggio

Direction musicale Geoffroy Jourdain

Mise en scène Julie Berès

Assistant(e) à la mise en scène Mirabelle Ordinaire

Collaboration artistique Karim Bel Kacem, Ariana Vafadari

 

Avec

La Musica Pauline Texier

Orfeo Tomasz Kumiega

Euridice, Speranza Laure Poissonnier

Messaggiera Emanuela Pascu

Proserpina Gemma Ní Bhriain

Caronte Andriy Gnatiuk

Plutone Mikhail Timoshenko

Apollo Damien Pass

Pastore I Yu Shao

Pastore II Alban Dufourt

Ninfa Adèle Carlier

Pastori Anne-Lou Bissières, William Shelton, Guillaume Figiel Delpech, Sorin Dumitrascu, Alvaro Valles

Spiriti infernali Sorin Dumitrascu, Alvaro Valles

 

Décors Julien Peissel

Costumes Aurore Thibout

Lumières Cathy Olive

Chorégraphie Stéphanie Chêne

Vidéo Christian Archambeau

Dessin Philippe Dupuy

Dramaturgie Leslie Six

 

Première incursion de Julie Berès dans l’univers de l’opéra, Orfeo est une invitation de l’Opéra National de Paris, qui réunit pour cette nouvelle production, les solistes de l’Académie, les musiciens et les chœurs des Cris de Paris. Un côté laboratoire qui convient à cette favola in musica (fable en musique) composée par Monteverdi en 1607, tellement expérimentale à l’époque qu’on la voit aujourd’hui comme le premier véritable opéra de l’histoire du genre lyrique. Au cœur de L’Orfeo, il y a la quête essentielle, démesurée, de l’homme qui cherche sans cesse l’infini et l’éternité malgré son essence fragile et mortelle. Ténèbres et lumières se répondent et s’épousent pour rencontrer le mythe millénaire. Utilisant toutes les ressources de l’espace scénique de l’Amphithéâtre de l’Opéra Bastille, renforçant la fable par la projection de dessins animés, Julie Berès fait d’Orfeo un véritable voyage initiatique.

Opéra Bastille-Paris les 11 – 13 – 17 – 19 – 21 mai 2016

« Un bel “Orfeo”, jeune et expérimental, à l’amphithéâtre Bastille »

Télérama, Sophie Bourdais, le 13 mai 2016

« Après une superbe ouverture figée, illustration scénique d’un unisson d’orchestre, la mise en scène offre de beaux moments de vitalité sur un décor bucolique de pelouse et troncs d’arbre pour une scène de mariage entre Orfeo et Euridice dans une fraîcheur toute chlorophylle. »

Libération, Guillaume Tion, Libération

« Dans une direction énergique de Geoffroy Jourdain, une mise en scène à la fois légère et ingénieuse de Julie Berès et avec des voix toutes magnifiques, ce petit bijou est une proposition enchanteresse, pleine de vie et de rêves à découvrir d’urgence. […] Jeune, sensuelle, habité et vibrante, baroque mais jamais “baroqueuse”, cette production du Orfeo de Monteverdi est une véritable réjouissance. »

Toute la Culture, Yael, 12 mai 2016

« Sombre, y compris dans le premier acte relatant le mariage d’Orphée et Eurydice, la scénographie délivre quelques tableaux d’une grande esthétique : l’apparition de la Musique dans sa gigantesque robe céleste, la veillée funèbre aux chandelles ou encore les corps de femmes amassées sur une table, mortes aux yeux du héros. »

Olyrix, Damien Dutilleul, 12 mai 2016

« Pour ses premiers pas dans la mise en scène d’opéra, Julie Berès réussit, avec l’assistance de Mirabelle Ordinaire (venue de l’Académie), à mêler animation et onirisme, ingrédients a priori peu conciliables. Les plateau recouvert de gazon moussu et parsemé de caissons et peaux de bêtes, fait ainsi défiler des êtres vêtus de hardes ou de fuseaux dans des mouvements ou situations clairement campés. Au sein d’éclairages savamment dosés (par Cathy Olive) et de chorégraphies enlevées (par Stéphanie Chène), pour un spectacle ardemment mené. »

Concertclassis.com,  Pierre-Réné Serna, 15 mai 2016